MANTEAU EN MÉRINOS STEPHAN SCHNEIDER

Porté depuis 2013

Gregory Lellouche, New York Etats-Unis

Pourriez-vous vous présenter ?
Je m’appelle Greg Lellouche et je suis le fondateur de la boutique en ligne No Man Walks Alone.

Peux-tu nous présenter cette pièce ? D’où vient-elle ? De quand date-elle ?
C’est un manteau en mérinos de la Maison Stephan Schneider et de la collection automne/hiver 2013. Je l'ai depuis l’automne 2013 et je le porte régulièrement depuis 6 ou 7 ans maintenant.

A-t-elle appartenu à quelqu'un d'autre avant toi ? L'as-tu acheté pour toi ? Pourquoi l'as-tu acheté ?
Je l’ai acheté dans une boutique du Lower East Side de New York appelée Project No 8. J’ai été stupéfait par la forme, le mélange des matériaux et globalement la façon dont je me suis senti en me regardant dans le miroir. Ce fut un de ces rares moments de shopping où l'on a l'impression d'être en présence de la perfection, c’est-à-dire une adéquation parfaite entre le vêtement et la personne qui le porte.

Te souviens-tu quand tu l'as porté pour la première fois ?
Honnêtement, je n’ai pas pu le retirer pendant des semaines. Je le portais dès que le temps dehors me le permettait. C’est l’un des vêtements les plus fascinants que je possède aujourd’hui.Ce que j’aime chez la maison Stephan Schneider et je pense d’ailleurs que cette pièce l’illustre bien, c’est la façon dont il s’inspire de la tradition tailleur classique, d’une obsession pour la conception et la qualité des tissus, et qu’il l’adapte à un style contemporain. Très peu d’autres créateurs atteignent cet équilibre.

Quels sont vos souvenirs liés à cette pièce ?
Ce manteau est en quelque sorte un vêtement amovible - la capuche peut être retirée, la doublure en maille aussi (il doit y avoir 40 boutons sur ce manteau !) et chaque transformation en fait un grand manteau à lui tout seul. Je me souviens très bien d'un voyage de deux semaines au Japon, où je l'ai porté avec sa capuche et sa doublure en maille lors de randonnées d'une journée à Kyoto, mais où j'ai tout déboutonné et l'ai porté sur un costume, sans la capuche, le soir où j'ai demandé en mariage ma petite amie (qui est désormais ma femme).

Y a t il des marques d'usure ? As-tu déjà réparé cette pièce ?
J'ai dû porter ce manteau au moins 200 fois mais la laine extérieure est d'une qualité si étonnante qu'elle est à peine boulochée et ne montre pas de signes d'usure. Quelques-uns des (nombreux) boutons internes ont sautés avec le temps, la doublure tricotée a des accrocs à de multiples endroits - ce sont des petits rappels du temps qui s'est écoulé. Je pourrais certainement réparer ces accrocs mais j'aime bien voir ces blessures alors je ne le fais pas.

Quand le portez-vous d'habitude ? Tu te souviens quand tu l'as porté pour la dernière fois ?
Je le porte plus que n’importe quel autre manteau. J’adore le superposer à un pull et le garder ouvert. J’aime aussi voyager avec lui puisqu’il peut se porter de différentes manières. Je l'ai porté il y a quelques semaines seulement mais il commence à faire trop chaud maintenant. Je vais devoir le mettre au fond de mon placard et le ressortir seulement l'automne prochain.